[CIFRE] Quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ?

Encore méconnues du public de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales, les thèses CIFRE font, à intervalle régulier, l’objet d’une interrogation via le prisme des sciences humaines et sociales par les chercheurs qui côtoient le dispositif et la réalité de sa mise en oeuvre.

Dans un article de 2015, deux chercheuses en SIC prennent du recul sur ce dispositif et proposent un retour d’expérience au combien utile pour les étudiants souhaitant se lancer dans l’aventure.  Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT GEA de l’Université Lille 1, Aurélia Lamy s’intéresse à la circulation des informations de santé, à l’étude des pratiques et des évolutions journalistiques, à la construction du débat médiatique et au rôle d’Internet dans le débat public. De son côté, Mélanie Bourdaa est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communicaiton à l’Université Bordeaux Montaigne, son programme de recherche articule Transmedia Storytelling, études de fans, pratiques numériques et étude des séries TV américaines. Dans l’article, le dispositif CIFRE fait l’objet d’un portrait en demi-teinte, à l’instar de l’extrait suivant :

Malgré le caractère attractif des conventions CIFRE pour les trois parties concernées, ce dispositif est peu connu des doctorants et manque de visibilité auprès des candidats potentiels, des laboratoires de recherche et des entreprises. Les communications ou articles scientifiques consacrés aux contrats CIFRE montrent bien que le doctorant ne retire pas que des avantages de son expérience CIFRE en entreprise. Son rôle est parfois ambigu, entre chef de projet, stagiaire ou consultant. Sa position varie également de contrat à contrat et peut parfois conduire à une perte de son indépendance en tant que chercheur, ou au contraire à une difficulté à dédier un temps effectif à la recherche. Le rôle des laboratoires de recherche dans le cadrage de ce type de contrat est donc fondamental pour la réussite du doctorant mais également pour asseoir la légitimité d’une discipline dans le monde socio-économique.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la référence complète :

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy, « Les conventions CIFRE : quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ? Retours d’expérience… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1400

S’adapter, persévérer et monter en compétences : retour d’expérience d’une CIFRE en SIC

En 2012, à l’issue d’un stage chez un éditeur logiciel réalisé dans le cadre d’un master professionnel en Histoire et Histoire de l’art, le PDG me propose de prolonger mon mémoire et notre collaboration en doctorat au moyen d’une CIFRE. N’ayant jusqu’ici pas eu connaissance de ce dispositif permettant à des doctorants d’être financés et salariés par une organisation, je me renseigne et accepte le défi. Celui-ci s’avère d’envergure car, ayant achevé mon stage, je ne perçois plus d’indemnités. De plus, le PDG m’annonce qu’au moment présent, sans un projet clair ni un directeur de thèse, « je ne suis pas employable ». Outre la contrainte financière, l’enjeu académique est important car j’opère un changement de discipline : le sujet du patrimoine culturel numérique que j’ai adressé dans mon mémoire puis dans mon projet de thèse s’inscrit davantage en Sciences de l’information et de la communication qu’en Histoire de l’art. Ce double enjeu m’accompagne pendant les trois mois de rédaction du projet de thèse : je construis une bibliographie en SIC liée à mon sujet, je formule mon problème de thèse, problématise et dresse une ébauche de terrain et de méthodologie. Une fois le document suffisamment avancé, je l’envoie à différents maîtres de conférences HDR et professeurs en leur proposant de diriger mes recherches dans le cadre d’une thèse en convention CIFRE. Le constat formulé après plusieurs mois de recherche d’un encadrant est l’absence de visibilité du dispositif au sein des sciences humaines et sociales, notamment en sciences de l’information et de la communication. Cela provoque une certaine frilosité chez mes interlocuteurs, ajouté au fait que je ne suis pas issu des différentes formations qu’ils dirigent.

Après plusieurs échanges et un entretien réalisé en présence de mon encadrant entreprise, un directeur de thèse accepte de diriger mes recherches. C’est un chercheur reconnu et expert des enjeux du numérique qui, dès le début de notre collaboration, me pousse dans mes retranchements et m’encourage à densifier mon bagage théorique. Parallèlement, l’entreprise propose de me salarier en CDD en attendant le début officiel de la convention : il ne s’agit pas d’un poste de recherche mais d’un poste opérationnel de technico-commercial. Je peux construire un peu plus sereinement mon dossier de financement CIFRE en collaboration entre l’entreprise et le directeur, tout en approfondissant ma connaissance de l’entreprise. Après plusieurs mois, ma candidature est instruite et j’écope d’un refus. Nous ne parvenons malheureusement pas à obtenir de justifications. Je ne me décourage pas et change mon fusil d’épaule en orientant davantage mon problème de recherche sur la dimension technologique portée par mon partenaire industriel. Si mon questionnement initial était teinté des disciplines historienne et historienne de l’art, le second projet s’inscrit totalement en Sciences de l’information et de la communication. Ce deuxième projet est accepté par l’ANRT, tandis que mon deuxième CDD se transforme en CDI au début de la convention, parallèlement à mon inscription à l’école doctorale de mon université.

S’ensuit les 36 mois de recherche en CIFRE, pendant lesquelles je définis un corpus, achève ma méthodologie, réalise mon terrain et formule mes conclusions. Ces dernières prennent une double forme au sein du mémoire de thèse rédigé pendant les 6 derniers mois. Il y a d’un côté la démarche de recherche : une approche sémiotique d’interprétation des archives numériques. De l’autre, je formule des recommandations éditoriales et ergonomiques à la solution logicielle éditée par mon partenaire industriel. Ce dernier aspect intéresse particulièrement l’entreprise car il s’agit d’informations industrielles à forte valeur ajoutée. L’anecdote associée à cette production réside dans la réaction positive de mes collègues de l’entreprise lors de ma présentation en interne des éléments : après plus de deux ans de collaboration, enfin ils comprennent le sujet de mes recherches et ma valeur ajoutée à l’entreprise. Fruit de mes recherches, ces recommandations sont transcrites dans un livrable opérationnel : propositions graphiques et d’expérience utilisateur, lignes de code. Elles sont le fruit d’une montée en compétences dans plusieurs expertises possédées en interne, favorisant ainsi un réel dialogue entre moi et mes collègues.

La thèse est soutenue en 2017, devant un jury auquel s’ajoute mon responsable entreprise. Les discussions s’intéressent un temps aux conditions de recherche en convention CIFRE et aux nécessaires compromis pratiqués par le candidat, tiré entre les mondes universitaire et industriels, régis par deux temporalités différentes. Le président de jury termine sur un note positive en mettant l’accent sur un aspect peu mentionné jusqu’ici dans cette expérience : l’investissement dans le laboratoire et l’accompagnement des doctorants arrivés après moi. De l’Histoire aux Sciences de l’information et de la communication, cette recherche en CIFRE est un véritable tremplin à partir duquel j’avance aujourd’hui, partagé entre un poste de consultant en entreprise et un statut de chercheur associé à l’université.

L’encadrement d’une thèse CIFRE : témoignage d’un directeur

Premier événement d’envergure organisé par l’ADCIFRESHS, le colloque « La recherche en funambule :  établir une approche critique tout en étant engagé dans et par son terrain. Le cas des thèses CIFRE en sciences humaines et sociales » a été organisé à Rennes en 2015. Chacune des précieuses contributions mérite de faire l’objet d’un billet, néanmoins le retour d’expérience de l’encadrement d’une thèse CIFRE par un directeur de thèse constitue un élément original à explorer. Il s’agit de Guy Baudelle, professeur d’aménagement de l’Espace-Urbanisme à l’Université de Rennes 2.  Titulaire de la chaire européenne Jean Monnet, ses travaux menés au sein du laboratoire ESO-Rennes (UMR CNRS 6590) portent essentiellement sur la politique européenne de cohésion et la prospective territoriale à différentes échelles. Quelques extraits de son intervention :

Le plus important est la motivation de l’employeur,son intérêt pour le sujet. Si la Cifre n’est mobilisée que de manière opportuniste (allégement de la masse salariale par la prise en charge de l’ANRT, Crédit d’impôt recherche), on risque fort d’aboutir à certaines situations décrites supra [échec du projet notamment].

Il fut un temps où la Cifre était mal vue de la sphère académique pour diverses raisons. Les progrès sont manifestes en la matière si bien que les membres (étrangers compris) desjurys de thèse saisissent à pré- sent tout à fait la nature spécifique d’un doctorat Cifre qui doit, à son terme, être évalué en fonction de son contexte et non comme un produit exclusivement académique.

L’ensemble de l’intervention est disponible ici. La référence des citations est la suivante : Ferchaud F., El Moualy S., Baudelle G., Schmutz T., « Faire sa thèse dans le cadre d’une Cifre : retour d’expériences », ESO Travaux et documents, n°41  – Octobre 2016, pp. 129-137

 

 

Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre

Olivia Foli est maîtresse de conférences en sociologie au CELSA (Université Paris Sorbonne), elle s’intéresse à l’interaction entre travail et communication. Marlène Dulaurans est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialisée en communication publique et politique.

En 2013, à l’issue de leurs recherches doctorales respectives, elles co-rédigent un article pour la revue Études de communication et proposent une prise de recul sur l’expérience de la recherche en convention CIFRE. Intitulée « Tenir le cap épistémologique en thèse CIFRE. Ajustements nécessaires et connaissances produites en contexte », l’ensemble de l’article est disponible en suivant ce lien.

Olivia Foli et Marlène Dulaurans, « Tenir le cap épistémologique en thèse Cifre. Ajustements nécessaires et connaissances produites en contexte », Études de communication [En ligne], 40 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/edc/5118 ; DOI : 10.4000/edc.5118

Marketing interne et « écoute » des salariés dans un service de communication : retour sur une thèse CIFRE en SIC

Laurent Morillon est maître de conférence habilité à diriger des recherches en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Toulouse. Animateur de l’équipe Organicom du LERASS (EA 827), ses recherches portent sur les pratiques et modèles épistémologiques des acteurs en contexte organisationnel, notamment les chercheurs en communication des organisations et les communicants. Entre 1997 et 2000, il a bénéficié d’une convention CIFRE afin d’effectuer une recherche doctorale en SIC. En 2006, il revient sur cette expérience pour la revue Market Management. Voici le résumé de l’article :

Dans un contexte mouvant et incertain les dirigeants attendent de leurs salariés compétence, initiative et implication. Le marketing interne naît de la volonté d’adopter l’approche des motivations et des promotions à l’intérieur de l’entreprise. Entre 1997 et 2000, à la fois salarié et chercheur, nous avions pour mission d’élaborer des « écoutes » auprès des salariés afin de développer la qualité des supports de communication interne. Utilisation de résultats de recherches à des fins professionnelles, valeur scientifique de ces recherches, place et statut du chercheur, la mise en œuvre de recherches actions pose de nombreuses questions d’ordre éthique.

La notice de l’article est disponible en suivant ce lien : https://www.cairn.info/revue-market-management-2006-4-p-84.htm

Doctorat CIFRE : un pont entre la recherche et le monde économique

Initiée à l’occasion d’une communication lors des États généraux du management en 2016 à Toulouse, une réflexion sur la spécificité du doctorat CIFRE est entreprise entre Nahla Salameh Bchara et Romain Pierronnet. Tous deux doctorants CIFRE en SHS et membres de l’ADCIFRESHS, ils prennent du recul sur leur statut, rassemblent données statistiques et propos appartenant au champ politique afin de fournir au média The Conversation FR un pertinent éclairage sur le doctorat CIFRE. L’article, publié le 2 septembre 2016, est toujours d’actualité. Il est accessible en suivant ce lien.

Ma thèse en agence d’architecture, retour d’expérience

Le dispositif CIFRE permet à de nombreux titulaires d’un BAC+5 d’effectuer une recherche doctorale à la fois en laboratoire et dans une organisation qui salarie le doctorant. Dans le champ des sciences humaines et sociales, l’architecture est une discipline au sein de laquelle environ 400 doctorants ont choisi d’inscrire leurs recherches. Parmi eux, Aurore Reynaud, membre de l’ADCIFRESHS revient sur son expérience de recherche en convention CIFRE pour la rédaction de AMC.

Aurore Reynaud, crédits ©Gonzague Coste

L’article complet est disponible en suivant ce lien : https://www.amc-archi.com/article/ma-these-en-agence-d-architecture-par-aurore-reynaud-doctorante-en-architecture,6708

L’écriture « équilibrée » dans le cadre d’une CIFRE

Le cadre spécifique d’une recherche doctorale en CIFRE fournit à certains doctorants en sciences humaines et sociales un objet d’étude en tant que tel. De cette prise de recul émergent à la fois un témoignage précieux des conditions de recherche mais aussi un ensemble de connaissances scientifiques pouvant faire l’objet d’une publication. Jean-Baptiste Roy a réalisé une thèse CIFRE. En 2014, à l’issue de sa première année, il intervient dans un séminaire jeunes chercheurs, au cours duquel il s’interroge sur la recherche en convention CIFRE. L’ADCIFRESHS présente ici l’introduction à sa communication et renvoie ses lecteurs à la publication complète.

Qu’est-ce qu’une écriture « équilibrée » ? Pourquoi assigner un tel adjectif à l’écrit ? Nous allons montrer que, dans le cadre d’une thèse de doctorat en CIFRE, la rédaction d’un document peut sembler difficile aux vues des différentes attentes, des connaissances respectives, des notions maîtrisées, du statut particulier du doctorant, etc.

Après être revenus dans un premier temps sur un cadrage nécessaire, nous montrerons en quoi le doctorant peut être un « médiateur » entre deux mondes opposés, pour ensuite terminer sur une troisième partie consacrée à l’analyse des différences entre deux écrits spécifiques.

Avant tout propos, nous devons mentionner que ce texte se base sur notre expérience vécue, donc restituée subjectivement, de jeune doctorant en CIFRE.

ROY Jean-Baptiste (2014), « L’écriture « équilibrée » dans le cadre d’une CIFRE », in TUAILLON-DEMESY Audrey (sous la dir. de) Actes du Séminaire jeunes Chercheurs 2014 : « L’écrit : comment rendre compte d’une recherche ? », octobre, pp. 47-54.

Retour sur un croisement de deux recherches en convention CIFRE

La revue Communication a publié au début de l’année 2017 un dossier dédié à la notion d’architexte. Appartenant au champ des sciences de l’information et de la communication, cette notion trouve un écho dans les recherches doctorales respectives de Ronan German et Lénaïk Leyoudec.  Ayant tous deux  bénéficié d’une convention CIFRE, ils rapprochent leurs environnements de recherche et apportent un regard en creux sur la conception des architextes en agence et entreprise d’édition logicielle. L’article est accessible dans son intégralité sur le site de la revue, nous publions ici, avec l’accord des auteurs, le résumé de l’article.

L’analyse des architextes est souvent contrainte de s’exercer « en creux », faute d’accès aux coulisses de leur conception. La présente recherche souhaite montrer comment une situation de recherche particulière — la thèse en contrat CIFRE — permet, dans une démarche d’observation participante, de mener une analyse sémiotique croisée de deux architextes — Patrimoine et Wezit. Cette approche sémiologique vise à interroger la nature et les modes d’exercice d’une « maîtrise » des architextes dans le cadre de relations complexes entre entreprises prestataires et établissements clients.

Lien : https://communication.revues.org/7295

Tags : CIFRE ; terrain ; valorisation ; recherche ; architexte ; informatique ; interfaces

Le carnet de l’ADCIFRESHS

Thématique
Le carnet de recherche de l’Association des Doctorants CIFRE en Sciences Humaines et Sociales (ADCIFRE SHS) a pour fonction d’accueillir, de fédérer et de valoriser des réflexions universitaires et professionnelles liées au doctorat réalisé en CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche) et assimilées, dans le champ des sciences humaines et sociales (SHS).

Objectifs
L’association souhaite fournir à ses lecteurs un ensemble de contenus scientifiques répartis en trois axes : avant la thèse, pendant la thèse et après la thèse.

Public cible
Cette entreprise de questionnement méthodologique et épistémologique d’une part, de vulgarisation et de valorisation des recherches d’autre part, s’adresse à quatre publics distincts :
Les étudiants en cycle Master en SHS, notamment en quête d’informations sur le dispositifs et de conseils administratifs et méthodologiques quant à la construction d’un dossier CIFRE
Les doctorants CIFRE en SHS, en quête de retours d’expériences, de conseils méthodologiques
Les enseignants-chercheurs (notamment HDR), en quête de conseils administratifs quant à la construction d’un dossier CIFRE, de retours d’expériences et de potentiels candidats à un doctorat en convention CIFRE
Les professionnels associés à diverses organisations accueillant des doctorants CIFRE ou souhaitant découvrir ce dispositif de recherche.

Le carnet de recherche de l'Association des doctorants CIFRE en sciences humaines et sociales