[CIFRE] Quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ?

Encore méconnues du public de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales, les thèses CIFRE font, à intervalle régulier, l’objet d’une interrogation via le prisme des sciences humaines et sociales par les chercheurs qui côtoient le dispositif et la réalité de sa mise en oeuvre.

Dans un article de 2015, deux chercheuses en SIC prennent du recul sur ce dispositif et proposent un retour d’expérience au combien utile pour les étudiants souhaitant se lancer dans l’aventure.  Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT GEA de l’Université Lille 1, Aurélia Lamy s’intéresse à la circulation des informations de santé, à l’étude des pratiques et des évolutions journalistiques, à la construction du débat médiatique et au rôle d’Internet dans le débat public. De son côté, Mélanie Bourdaa est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communicaiton à l’Université Bordeaux Montaigne, son programme de recherche articule Transmedia Storytelling, études de fans, pratiques numériques et étude des séries TV américaines. Dans l’article, le dispositif CIFRE fait l’objet d’un portrait en demi-teinte, à l’instar de l’extrait suivant :

Malgré le caractère attractif des conventions CIFRE pour les trois parties concernées, ce dispositif est peu connu des doctorants et manque de visibilité auprès des candidats potentiels, des laboratoires de recherche et des entreprises. Les communications ou articles scientifiques consacrés aux contrats CIFRE montrent bien que le doctorant ne retire pas que des avantages de son expérience CIFRE en entreprise. Son rôle est parfois ambigu, entre chef de projet, stagiaire ou consultant. Sa position varie également de contrat à contrat et peut parfois conduire à une perte de son indépendance en tant que chercheur, ou au contraire à une difficulté à dédier un temps effectif à la recherche. Le rôle des laboratoires de recherche dans le cadrage de ce type de contrat est donc fondamental pour la réussite du doctorant mais également pour asseoir la légitimité d’une discipline dans le monde socio-économique.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la référence complète :

Mélanie Bourdaa et Aurélia Lamy, « Les conventions CIFRE : quel statut pour le doctorant, quel(s) rôle(s) pour les laboratoires de recherche ? Retours d’expérience… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1400


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.