Ma thèse en agence d’architecture, retour d’expérience

Le dispositif CIFRE permet à de nombreux titulaires d’un BAC+5 d’effectuer une recherche doctorale à la fois en laboratoire et dans une organisation qui salarie le doctorant. Dans le champ des sciences humaines et sociales, l’architecture est une discipline au sein de laquelle environ 400 doctorants ont choisi d’inscrire leurs recherches. Parmi eux, Aurore Reynaud, membre de l’ADCIFRESHS revient sur son expérience de recherche en convention CIFRE pour la rédaction de AMC.

Aurore Reynaud, crédits ©Gonzague Coste

L’article complet est disponible en suivant ce lien : https://www.amc-archi.com/article/ma-these-en-agence-d-architecture-par-aurore-reynaud-doctorante-en-architecture,6708

L’écriture “équilibrée” dans le cadre d’une CIFRE

Le cadre spécifique d’une recherche doctorale en CIFRE fournit à certains doctorants en sciences humaines et sociales un objet d’étude en tant que tel. De cette prise de recul émergent à la fois un témoignage précieux des conditions de recherche mais aussi un ensemble de connaissances scientifiques pouvant faire l’objet d’une publication. Jean-Baptiste Roy a réalisé une thèse CIFRE. En 2014, à l’issue de sa première année, il intervient dans un séminaire jeunes chercheurs, au cours duquel il s’interroge sur la recherche en convention CIFRE. L’ADCIFRESHS présente ici l’introduction à sa communication et renvoie ses lecteurs à la publication complète.

Qu’est-ce qu’une écriture « équilibrée » ? Pourquoi assigner un tel adjectif à l’écrit ? Nous allons montrer que, dans le cadre d’une thèse de doctorat en CIFRE, la rédaction d’un document peut sembler difficile aux vues des différentes attentes, des connaissances respectives, des notions maîtrisées, du statut particulier du doctorant, etc.

Après être revenus dans un premier temps sur un cadrage nécessaire, nous montrerons en quoi le doctorant peut être un « médiateur » entre deux mondes opposés, pour ensuite terminer sur une troisième partie consacrée à l’analyse des différences entre deux écrits spécifiques.

Avant tout propos, nous devons mentionner que ce texte se base sur notre expérience vécue, donc restituée subjectivement, de jeune doctorant en CIFRE.

ROY Jean-Baptiste (2014), « L’écriture “équilibrée” dans le cadre d’une CIFRE », in TUAILLON-DEMESY Audrey (sous la dir. de) Actes du Séminaire jeunes Chercheurs 2014 : « L’écrit : comment rendre compte d’une recherche ? », octobre, pp. 47-54.

Retour sur un croisement de deux recherches en convention CIFRE

La revue Communication a publié au début de l’année 2017 un dossier dédié à la notion d’architexte. Appartenant au champ des sciences de l’information et de la communication, cette notion trouve un écho dans les recherches doctorales respectives de Ronan German et Lénaïk Leyoudec.  Ayant tous deux  bénéficié d’une convention CIFRE, ils rapprochent leurs environnements de recherche et apportent un regard en creux sur la conception des architextes en agence et entreprise d’édition logicielle. L’article est accessible dans son intégralité sur le site de la revue, nous publions ici, avec l’accord des auteurs, le résumé de l’article.

L’analyse des architextes est souvent contrainte de s’exercer « en creux », faute d’accès aux coulisses de leur conception. La présente recherche souhaite montrer comment une situation de recherche particulière — la thèse en contrat CIFRE — permet, dans une démarche d’observation participante, de mener une analyse sémiotique croisée de deux architextes — Patrimoine et Wezit. Cette approche sémiologique vise à interroger la nature et les modes d’exercice d’une « maîtrise » des architextes dans le cadre de relations complexes entre entreprises prestataires et établissements clients.

Lien : https://communication.revues.org/7295

Tags : CIFRE ; terrain ; valorisation ; recherche ; architexte ; informatique ; interfaces