S’adapter, persévérer et monter en compétences : retour d’expérience d’une CIFRE en SIC

En 2012, à l’issue d’un stage chez un éditeur logiciel réalisé dans le cadre d’un master professionnel en Histoire et Histoire de l’art, le PDG me propose de prolonger mon mémoire et notre collaboration en doctorat au moyen d’une CIFRE. N’ayant jusqu’ici pas eu connaissance de ce dispositif permettant à des doctorants d’être financés et salariés par une organisation, je me renseigne et accepte le défi. Celui-ci s’avère d’envergure car, ayant achevé mon stage, je ne perçois plus d’indemnités. De plus, le PDG m’annonce qu’au moment présent, sans un projet clair ni un directeur de thèse, “je ne suis pas employable”. Outre la contrainte financière, l’enjeu académique est important car j’opère un changement de discipline : le sujet du patrimoine culturel numérique que j’ai adressé dans mon mémoire puis dans mon projet de thèse s’inscrit davantage en Sciences de l’information et de la communication qu’en Histoire de l’art. Ce double enjeu m’accompagne pendant les trois mois de rédaction du projet de thèse : je construis une bibliographie en SIC liée à mon sujet, je formule mon problème de thèse, problématise et dresse une ébauche de terrain et de méthodologie. Une fois le document suffisamment avancé, je l’envoie à différents maîtres de conférences HDR et professeurs en leur proposant de diriger mes recherches dans le cadre d’une thèse en convention CIFRE. Le constat formulé après plusieurs mois de recherche d’un encadrant est l’absence de visibilité du dispositif au sein des sciences humaines et sociales, notamment en sciences de l’information et de la communication. Cela provoque une certaine frilosité chez mes interlocuteurs, ajouté au fait que je ne suis pas issu des différentes formations qu’ils dirigent.

Après plusieurs échanges et un entretien réalisé en présence de mon encadrant entreprise, un directeur de thèse accepte de diriger mes recherches. C’est un chercheur reconnu et expert des enjeux du numérique qui, dès le début de notre collaboration, me pousse dans mes retranchements et m’encourage à densifier mon bagage théorique. Parallèlement, l’entreprise propose de me salarier en CDD en attendant le début officiel de la convention : il ne s’agit pas d’un poste de recherche mais d’un poste opérationnel de technico-commercial. Je peux construire un peu plus sereinement mon dossier de financement CIFRE en collaboration entre l’entreprise et le directeur, tout en approfondissant ma connaissance de l’entreprise. Après plusieurs mois, ma candidature est instruite et j’écope d’un refus. Nous ne parvenons malheureusement pas à obtenir de justifications. Je ne me décourage pas et change mon fusil d’épaule en orientant davantage mon problème de recherche sur la dimension technologique portée par mon partenaire industriel. Si mon questionnement initial était teinté des disciplines historienne et historienne de l’art, le second projet s’inscrit totalement en Sciences de l’information et de la communication. Ce deuxième projet est accepté par l’ANRT, tandis que mon deuxième CDD se transforme en CDI au début de la convention, parallèlement à mon inscription à l’école doctorale de mon université.

S’ensuit les 36 mois de recherche en CIFRE, pendant lesquelles je définis un corpus, achève ma méthodologie, réalise mon terrain et formule mes conclusions. Ces dernières prennent une double forme au sein du mémoire de thèse rédigé pendant les 6 derniers mois. Il y a d’un côté la démarche de recherche : une approche sémiotique d’interprétation des archives numériques. De l’autre, je formule des recommandations éditoriales et ergonomiques à la solution logicielle éditée par mon partenaire industriel. Ce dernier aspect intéresse particulièrement l’entreprise car il s’agit d’informations industrielles à forte valeur ajoutée. L’anecdote associée à cette production réside dans la réaction positive de mes collègues de l’entreprise lors de ma présentation en interne des éléments : après plus de deux ans de collaboration, enfin ils comprennent le sujet de mes recherches et ma valeur ajoutée à l’entreprise. Fruit de mes recherches, ces recommandations sont transcrites dans un livrable opérationnel : propositions graphiques et d’expérience utilisateur, lignes de code. Elles sont le fruit d’une montée en compétences dans plusieurs expertises possédées en interne, favorisant ainsi un réel dialogue entre moi et mes collègues.

La thèse est soutenue en 2017, devant un jury auquel s’ajoute mon responsable entreprise. Les discussions s’intéressent un temps aux conditions de recherche en convention CIFRE et aux nécessaires compromis pratiqués par le candidat, tiré entre les mondes universitaire et industriels, régis par deux temporalités différentes. Le président de jury termine sur un note positive en mettant l’accent sur un aspect peu mentionné jusqu’ici dans cette expérience : l’investissement dans le laboratoire et l’accompagnement des doctorants arrivés après moi. De l’Histoire aux Sciences de l’information et de la communication, cette recherche en CIFRE est un véritable tremplin à partir duquel j’avance aujourd’hui, partagé entre un poste de consultant en entreprise et un statut de chercheur associé à l’université.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.