Sciences sociales et CIFRE : un pari impossible ?

Anaïs Voy-Gillis est doctorante en géographie à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris VIII). Depuis 2015, ses recherches portent sur la réindustrialisation de la France. Sa thèse, intitulée : « Entreprises, territoires et acteurs publics face aux défis de la réindustrialisation en France. Quelles stratégies industrielles et territoriales ? », est dirigée par Philippe Subra (Institut Français de Géopolitique) et François Bost (Université de Reims). Pour ADCIFRESHS, elle revient sur son expérience de la convention CIFRE.

2014 a rimé pour moi avec fin des études et long questionnement sur l’avenir. Après deux années en double master recherche (géopolitique et droit), s’est posé la question de ma volonté de poursuivre la recherche par une thèse ou de tourner la page des années d’étudiante à l’université. Après quelques mois de travail dans une collectivité territoriale, l’idée de poursuivre la recherche continuait à occuper mes pensées. La recherche par l’autonomie et la liberté de ton qu’elle offre, a toujours été finalement au cœur de mon fonctionnement. Étant un peu autodidacte, touchée par une pointe de folie et dotée d’une volonté de questionner tout ce qui m’entoure, la recherche est finalement plus inhérente à ma personnalité qu’une simple activité. Poursuivre par une thèse était également un moyen (inconscient) de prolonger l’adolescence et de reculer le moment de la douloureuse confrontation avec le monde réel.

Qui dit thèse, dit financement. Au regard de mon sujet (la réindustrialisation de la France), il me semblait difficilement envisageable de la faire dans un cadre purement académique. Il me fallait me rapprocher du terrain, être au plus près des acteurs que je souhaitais étudier tout en gardant une distance critique et en me confrontant à une multiplicité de cas. Le CIFRE est alors apparu comme la meilleure solution. Par conséquent, j’ai décidé d’en discuter avec mon employeur de l’époque qui était favorable à cette idée et de démarcher en parallèle 4 cabinets de conseil aux entreprises à caractère industriel. Finalement, j’ai reçu 3 propositions de contrat CIFRE car mon sujet a suscité de nombreux intérêts.

Le cabinet que j’ai choisi, AKYA Consulting, composé de 7 salariés, était spécialisé dans la cession-reconversion de sites industriels en difficulté. Je l’ai choisi parce que c’était en lien direct avec mon sujet de thèse. Pour réindustrialiser, il faut comprendre pourquoi la France se désindustrialise et comment on peut trouver des solutions pour sauver les sites industriels en difficulté. La deuxième motivation a été parce que je me suis sentie à l’aise dès le début dans cette équipe avec une forte bienveillance de tous à l’égard de mes travaux de recherche. Malgré mon manque de connaissances sur les sujets traités par le cabinet, la greffe a rapidement pris grâce à une volonté d’un côté de transmettre savoir et savoir-faire et de l’autre une volonté insatiable d’apprendre. En septembre 2016, AKYA Consulting a été racheté par JUNE Partners, cabinet de taille plus importante et culturellement très différent d’AKYA, avec des métiers plus tournés vers la fonction finance de l’entreprise que vers les processus industriels. Il n’était pas évident qu’un profil de doctorant un peu rebelle, un peu têtu puisse s’intégrer facilement dans cette nouvelle configuration. Pourtant, la transition s’est faite sans trop de heurts grâce notamment à une volonté des associés de JUNE de tous nous intégrer sans regard discriminant sur nos parcours très variés.

La fin de mon contrat CIFRE est très proche. Il est souvent dit qu’un doctorat n’est pas reconnu en France et qu’il n’ouvre pas de porte. Mon sentiment est opposé à cette vision. Ma thèse m’a ouvert et m’ouvre plus de portes qu’elle ne m’en ferme, elle est un sujet de discussion et d’intérêt pour de nombreuses personnes rencontrées et permet finalement de créer la différence. La CIFRE m’a non seulement permis de donner une légitimité à mes recherches de par la vision très ancrée au terrain. Il m’a également permis de construire un parcours professionnel. Le seul bémol est la difficulté de trouver un équilibre entre recherche et missions pour le cabinet mais elle n’est pas tant liée à l’employeur qu’à la personnalité du doctorant qui parfois s’implique plus dans l’entreprise que dans son travail de chercheur.

Les deux conseils que je donnerais sont :

  1. Il est impératif de choisir des personnes qui partagent les mêmes valeurs. Un doctorant CIFRE est un objet un peu particulier dans une entreprise et sans schéma de valeur partagé, une intégration sur le long terme est difficile. L’employeur doit comprendre que la recherche nécessite du temps.
  2. Le second est l’importance de construire un parcours cohérent et ouvert sur le reste du monde et ne pas se limiter au seul monde académique. Le CIFRE offre cette possibilité de décloisonner la recherche et il est impératif de la saisir.

 


2 réflexions sur « Sciences sociales et CIFRE : un pari impossible ? »

  1. Félicitations Anaïs. Tu as adopté une bonne stratégie. Je te souhaite bonne chance pour la suite de la recherche et pour e travail.

    Pour mon cas, je suis en recherche d’université pour un co-diplomation, as-tu une suggestion ?

    Merci

    1. Bonjour,

      Pour une thèse ? Tout dépend du sujet et si vous avez déjà un directeur ou non.

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.